Page Précédente

Editorial du 31/10/2020

La décapitation d’un professeur à Conflans-Sainte-Honorine, puis l’attentat de Nice et maintenant celui de Lyon : nous sommes tous profondément meurtris qu’une telle violence touche notre pays. Il est nécessaire de rappeler ici quelques évidences qui semblent échapper à nos contemporains.

Il s’agit de bien distinguer la question du sentiment religieux, en général, de la question de l’islam et de celle de la politique d’immigration.

  • Respect du sentiment religieux

Le sentiment religieux doit être respecté, quelle que soit la personne et quelle que soit la religion. Il s’agit d’un sentiment qui honore l’homme et qui fait partie intégrante de sa dignité. Or, je suis frappé par le mépris et l’irrespect dont font preuve un certain nombre de professeurs (ils ne sont pas les seuls !) à l’égard des croyants et des pratiquants d’une façon générale.

Le fait de dessiner des caricatures de Mahomet démontre ce mépris des croyances religieuses. Ceci est grave et intolérable. Ce mépris se manifeste régulièrement vis-à-vis des catholiques et des chrétiens en général. Toutefois, si ce mépris est coupable, cela ne peut jamais justifier quelque violence que ce soit.

  • L’islam et l’islamisme

Il est ici nécessaire de rappeler que l’islam s’est imposé progressivement en Afrique du Nord du fait des invasions arabes. L’islam est une religion de conquête sur laquelle se sont appuyés les conquérants venus du Moyen-Orient.

L’islam est une religion qui confond le temporel et le spirituel. Le Coran constitue pour tous les musulmans un texte spirituel mais aussi un code civil. Aucun musulman ne peut prendre de distance avec le Coran sans être menacé. L’islam, contrairement au catholicisme, ne dispose pas d’une autorité suprême capable de réguler, ce qui est une faiblesse et encourage l’islamisme.

  • La politique d’immigration

L’accueil dans notre pays de nombreux migrants partageant cette religion pose donc un problème, puisqu’elle vient heurter de plein fouet notre culture pétrie de christianisme. Au-delà des similitudes sur laquelle s’appuient les musulmans pour promouvoir leur croyance, les deux religions sont très différentes et, notamment, n’ont pas la même vision de l’ordre politique.

La politique d’immigration conduite par la République nous mène donc dans une impasse qui pourrait déboucher sur un conflit généralisé. Le Chef de l’Etat et son gouvernement doivent donc mettre fin à l’immigration incontrôlée, qui constitue un poison pour notre société.

L’islamisme n’est qu’une radicalisation de l’islam, un passage à l’acte, une mise en œuvre des préceptes du Coran. Durant la guerre d’Algérie, de tels procédés (égorgement, décapitation, attentats et autres horreurs islamistes ) était monnaie courante. Ils ne sont pas nouveaux. Aujourd’hui, c’est en France que de tels actes se produisent.

Et après…

La République n’a que faire de la France et des Français. Le Président de la République n’a-t-il pas dit qu’il n’y avait pas de culture française ? La République veut prendre la place de la France charnelle que nous aimons et ne nous apporte que des malheurs !

Il est certain qu’un Roi, dans la tradition Capétienne, n’aurait pas toléré de voir son pays et sa terre pris d’assaut par des hordes d’individus ne partageant pas notre culture et notre histoire. Il se serait fait le défenseur des Français. Le Roi vite !

Philippe Lassalle
Secrétaire général

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !