Page Précédente

Les royalistes sont pour la vie et demandent que le fort protège le faible. Vincent Lambert n’a pas la même vie que nous, mais il a sa vie. Je ne sais pas s’il aime sa vie, personne ne peut le dire à sa place, mais il se sait aimé par sa mère et tout un ensemble de personnes et tout laisse penser qu’il aime sa mère et les personnes qui s’occupent de lui. Cette relation d’amour, c’est ce qui fait sa vie, toute sa vie.

Je sais de quoi je parle car je suis moi-même handicapé. J’ai ma vie avec ses limites, mais comme tout homme je m’adapte à ma situation et j’ai ma vie.

Elle est faite de ma famille et des soignants qui m’entourent. J’ai aussi une amie de cœur qui vit également avec son handicap lourd et avec qui je passe des après-midi, et qui fait mon bonheur. Je suis écrivain et des amis mettent en forme les idées que je développe. Je n’ai pas eu beaucoup l’occasion d’aller à l’école ou j’ai tout de même appris à lire, à écrire et à compter. Ce qui fait que je suis devenu écrivain. Les livres que je produis sont accessibles chez « EDILIVRE ».

Je suis comme un autre… sous entendu handicapé, mais si je suis handicapé j’ai cependant mon métier d’écrivain.

Je n’arrive pas à convaincre tout ce monde de mes convictions pour une monarchie institutionnelle, pour autant j’aime discuter avec eux, comme j’aime discuter avec mes amis de l’Alliance royale par téléphone et qui ont le mérite de m’écouter. La politique, je la suis sur la télévision et la radio.

Ma vie est rythmée par les soins et les règles du foyer où je vis. Je vis et je ne veux pas mourir maintenant ! Je suis heureux.

Jean-François Angélini

Président de l’Association des handicapés royalistes de France

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !