Page Précédente

Editorial du 4/12/2020

La République, « généreuse », dépense sans compter l’argent des contribuables qu’elle n’a pas dans les caisses. Elle déverse à grands flots des milliards d’euros. Des prêts, des aides, des reports, la baisse des loyers, que pourrait-elle encore élucubrer ? L’inventaire sans fin à la Prévert. Aujourd’hui elle rase « gratis » ! Elle promet tout… et délaisse les artisans, les commerçants, les auto-entrepreneurs et tous ceux qui créent la richesse dans notre pays. Le sentiment d’abandon ressenti est d’autant plus exacerbé que les mesures pléthoriques changent tous les jours. Sur le site du ministère de l’économie, nous découvrons un lieu tellement bien conçu qu’il est nécessaire d’être titulaire d’un diplôme universitaire pour s’y retrouver dans le labyrinthe des mesures. Se pose alors une question hyper-complexe : comment faire une demande avec autant de prérequis ? La nébuleuse technocratique insurmontable dissuade.

Écoutez le sourd murmure d’une révolte qui gronde.

125 milliards de prêts garantis par l’État. Si beaucoup d’argent est distribué en paroles, en revanche, les aides promises ne sont pas toujours octroyées. L’argent prêté ? l’État ne donne sa garantie qu’aux banques afin qu’elles ne prennent pas de risque en prêtant. Celles-ci, lorsqu’elles voudront se faire rembourser, vont tellement pressurer nos contemporains qu’une nouvelle crise, financière cette fois-ci, va sévir et frappera la France.

Écoutez le sourd murmure d’une révolte qui gronde.

Les commerces s’endettent aujourd’hui pour payer les reports de charges du premier confinement. Ils s’endettent aussi pour payer les impôts qui continuent à être prélevés. C’est l’assassinat pur et simple des PMI, PME et commerces, donc des Français. En plus, les employeurs vont devoir payer les congés payés. Les faillites et leurs lots de drames arrivent. Quatre auto-entrepreneurs sur cinq n’ont rien obtenu. Les suicides et le chômage vont augmenter de manière exponentielle.

Écoutez le sourd murmure d’une révolte qui gronde.

Pour aider au paiement des contributions obligatoires, des taxes et des impôts car ils sont prioritaires sur les créanciers qui feront faillite à leur tour, il est question que l’État rachète les invendus aux magasins pour les donner aux associations. Avec une campagne de communication, nos gouvernants feront ainsi valoir leur générosité… Ils aideront les précaires qu’ils ont ruinés en leur donnant l’aumône.

Écoutez le sourd murmure d’une révolte qui gronde.

L’ingérence de l’État dans la vie privée ne connaît plus de limite. La dictature en marche interdit aux Français de skier dans les stations de ski, y compris à l’étranger. Les dirigeants décident arbitrairement celui qui est autorisé à ouvrir ou non. L’interdiction dictatoriale de se réunir en famille à plus de six est une atteinte sévère aux libertés individuelles.

Écoutez le sourd murmure d’une révolte qui gronde.

Les personnes qui ont moins travaillé vont forcement moins payer d’impôt et le chiffre d’affaire en baisse sera aussi de l’argent en moins pour l’État. Le problème se posera au prochain chef d’État : quelles solutions mettre en œuvre. Augmenter les impôts ? c’est appauvrir les Français et créer une future crise économique. Ils dépouilleront nos anciens d’une partie de leur retraite ; ils inventeront une imposition nouvelle pour les riches, c’est à dire ceux qui gagnent plus de 3000 euros par mois ? Combien de mesures injustes et discriminatoires sont à l’étude ?

Écoutez le sourd murmure d’une révolte qui gronde.

Après les terroristes, les séparatistes, les factions sectaires, indigénistes et doctrinaires, les laissés pour compte s’insurgeront. Les groupuscules incontrôlables donneront à la dictature en marche un motif supplémentaire de supprimer la liberté de toute la population.

Il est temps de redresser la barre avec un régime neuf, moderne, adaptable aux temps, tourné vers l’avenir et prenant ses racines dans la culture qui guide les peuples de la Terre depuis deux mille ans. Un régime qui s’adapte aux impondérables, souhaite le bien des citoyens, se projette vers l’avenir, défend la vie, la justice, la dignité humaine et le bien commun.

La royauté relèvera la France et les Français. Unis derrière le roi, nous nous relèverons, plus forts, plus fraternels et plus libres !

Olivier Leconte, Délégué général

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !