Page Précédente

Dans le langage de Descartes, le sens commun est une manière commune et raisonnable de porter un jugement ; c’est un synonyme de bon sens, « la chose du monde la mieux partagée » selon le philosophe Bergson. « Sens commun » est aussi le nom d’un mouvement politique né en 2013 de l’opposition aux lois Taubira, dans la mouvance de la « Manif pour tous » qui a séduit des millions de Français et en a fait défiler des centaines de milliers contre le mariage homosexuel et ses corollaires que sont l’homoparentalité, la PMA et la GPA. Tout un peuple proche de l’extrême droite et de l’islamisme radical, si l’on en croit les propos de la secrétaire d‘État chargée de l’Égalité et de la lutte contre les discriminations, qui les juge « idéologiquement » convergents. Si discriminer signifie discerner avec précision, madame Schiappa a encore beaucoup de chemin à parcourir pour comprendre sa mission ; on l’imagine détachée du « sens commun » et dépourvue de tout sens, même celui du ridicule. La radicalité de ses pensées caractérisée par le rejet d’opinions alternatives, permettrait d’établir des « équivalences » voire des « convergences » avec des mouvements que l’idéologie rend tout aussi aveugles.

La philosophe Chantal Delsol, docteur es-lettre et écrivain, rappelle dans Le Figaro, des points de culture et quelques vérités qui ont échappé à la secrétaire d’État et en particulier que « Toutes les sociétés civilisées respectent la famille, célèbrent les mariages entre un homme et une femme qui fondent les familles » et que « c’est la société occidentale actuelle qui est une exception. »

Il s’agit probablement d’un excès de langage car les sympathisants de la famille traditionnelle ne seront pas « fichés S » plus que leurs « homologues » islamistes radicaux. En fait, la secrétaire d’État ne résiste pas à son besoin de se montrer dans les médias et ne parvient pas à maîtriser son incontinence verbale. Ses diatribes qui stigmatisent le christianisme tout en banalisant l’islamisme, détournent l’attention des Français vers des sujets qui ne sont pas la priorité du moment. En amplifiant l’homophobie par ses propos outranciers, elle est l’instrument d’un gouvernement déterminé à étendre la PMA ; et c’est par une communication plus apaisée qu’il tentera de neutraliser ses opposants.

Philippe Nourrisson

 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !