Page Précédente

Victor Loupan écrit dans son Histoire secrète de la Révolution russe : « Connaissant les mouvements révolutionnaires et ouvriers de l’intérieur, le Colonel Zoubatov, chef de la police secrète, affirme que la répression seule est vouée à l’échec. À la fois intellectuel et homme d’action, il se veut proche du peuple. Pour lui, le tsar est le monarque de tous les Russes et non pas le chef de la classe dirigeante, il ne peut être indifférent au malheur des ouvriers. Le colonel en est persuadé. Aussi les forces de maintien de l’ordre sont, dans son esprit, non pas des organes de répression mais du maintien de la cohésion sociale. Homme d’influence il parvient à faire du ministère de l’intérieur une structure d’opposition à celui des finances dirigée par Serge Witte qui passe pour un homme sans cœur et pour sa bienveillance excessive à l’égard des grands patrons ».

Transposons ce texte au contexte actuel. Le résultat est amusant. « Connaissant les différents mouvements de contestation de l’intérieur, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur affirme que la répression seule est vouée à l’échec. À la fois intellectuel et homme d’action, il se veut proche du peuple. Pour lui, le Président est celui de tous les Français et non pas le chef de la classe dirigeante, il ne peut être indifférent au malheur de ses concitoyens. Le ministre en est persuadé. Aussi les forces de maintien de l’ordre sont, dans son esprit, non pas des organes de répression mais du maintien de la cohésion sociale. Homme d’influence il parvient à faire du ministère de l’intérieur une structure d’opposition à celui des finances dirigée par Bruno Lemaire qui passe pour un homme sans cœur et pour sa bienveillance excessive à l’égard des grands patrons ». Sans commentaires.

Bruno Castanier

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !