Page Précédente

Depuis plusieurs jours, la secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a répété dans différents médias que, conformément aux engagements de campagne électorale d’Emmanuel Macron, la procréation médicalement assistée, actuellement réservée aux femmes vivant avec un homme, serait ouverte aux femmes célibataires et aux femmes vivant avec une autre femme. Cette réforme devrait intervenir, selon elle, à l’occasion de la révision de la loi bioéthique prévue pour l’année 2018.

L’Alliance royale a toujours considéré la pratique de la PMA avec circonspection, estimant que celle-ci était la porte ouverte à toutes les dérives, dont les deux plus terribles nous semblent être, d’une part le droit à l’enfant, d’autre part la manipulation scientifique des embryons humains prétendument surnuméraires.

La recherche sur les embryons humain a été discrètement autorisée par le gouvernement durant l’été 2013. Nous la condamnons avec force et considérons qu’en la matière, la voie ouverte par le Japon, qui privilégie la recherche sur les cellules souches issues du cordon ombilicale, est à la fois plus respectueuse de la personne humaine, sans être moins efficace scientifiquement.

Concernant le droit à l’enfant, celui-ci fut condamné avec force par le conseil constitutionnel dans sa décision rendue au moment de la promulgation de la loi Taubira au printemps 2013. Nous nous rangeons derrière cette décision des sages pour considérer qu’il ne saurait exister en France de droit à l’enfant. Or, la possibilité de recourir à la PMA dans toutes circonstances et tout état de vie relève de ce droit mauvais et condamné.

L’Alliance royale salue les déclarations modérées de plusieurs membres du gouvernement actuel, dont celles de Gérard Collomb, ministre de l’intérieur, considérant que l’élargissement de la PMA ne saurait être une priorité pour le gouvernement.

En cette occasion, nous faisons savoir notre opposition ferme à l’élargissement de la PMA. Par ailleurs, faute de pouvoir contrôler les “stocks” d’embryons surnuméraires, l’Alliance royale estime nécessaire de suspendre la pratique de la PMA jusqu’à ce que des voies plus éthiques aient été dégagées par les professionnels de la santé, les autorités judiciaires et les associations familiales.

Dans le cas où un élargissement de la PMA serait introduit dans la prochaine révision de la loi Bioéthique, nous utiliserons tous les moyens en notre pouvoir pour faire entendre la voix du bon sens.

Vive la France ! Vive le roi ! 

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !