Page Précédente

Éditorial du 21/3/2020

Un quartier de Nice a été le lieu d’affrontements entre les forces de l’ordre et des délinquants. Vendredi 20 mars, des voyous ont mis le feu à des poubelles pour attirer les sapeurs-pompiers dans un piège. Les émeutes et la guérilla urbaine ont rapidement été maîtrisées par la police. Merci aux forces de sécurité du travail accompli au service de la France.

Une partie de la population refuse d’appliquer les consignes de confinement ce qui met en danger de mort nos concitoyens.

Un couvre-feu à géométrie variable sans cohérence horaire a été décrété à Menton, Vallauris et Nice. Il est regrettable que le représentant de la République n’ait pas décidé de l’étendre à l’ensemble du département, son territoire de compétence. Il est temps de prendre la mesure au niveau local de la crise sanitaire et des risques que les voyous font courir aux forces de l’ordre, aux pompiers et aux services de santé.

Stop à l’incertitude et l’incohérence anxiogènes. M. Macron a employé le mot « Guerre »…

M. le Président de la République, assumez vos paroles et agissez ! Même dans un État de droit, la Guerre permet des décisions dérogatoires du droit commun. Il suffit qu’elles servent le bien commun.

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !