Page Précédente

Une refondation politique

En synthèse :

Les valeurs royales

Notre démarche politique est fondée sur des valeurs immuables : la dignité de la personne et la famille, le bien commun, la souveraineté et la justice, la liberté de chacun et l’unité de tous.

Une ambition pour la France

Dans le respect de ces valeurs, nous appelons à une refondation politique en France, articulée autour du principe royal, et conduisant à de profondes réformes des institutions politiques et des lois de société actuelles.

Entre continuité et rupture

Nos propositions retiennent des institutions actuelles ce qu’elles ont de meilleur : la fonction suprême étant assumée par un roi ; elles sont en rupture, en revanche, avec l’idéologie démocratiste issue de la Révolution française.

Le roi règne

La personne royale

Le roi, représentant de la France, inscrit dans une tradition capétienne, est garant de la justice et de la paix, arbitre des institutions et des libertés publiques, dépositaire des intérêts fondamentaux de notre pays.

Les symboles royaux

La couronne, la main de justice, l’épée et l’anneau sigillaire rappellent les serments du roi pour le bien commun et la sauvegarde de la France.

Les prérogatives royales

Le roi est la clef de voûte de l’édifice politique : chef de l’État, chef de la diplomatie et des armées, chef de la magistrature, et arbitre des institutions.

La réforme des institutions

Le Haut Conseil

Le Haut Conseil est l’institution royale par excellence ; cour de haute justice, chancellerie et conseil privé du roi, il est présidé par le Garde des Sceaux, assiste le souverain dans sa charge et prépare ses décisions.

Le ministère d’État

Le ministère d’État planifie et conduit la politique stratégique de la France : diplomatie, opérations militaires et sécurité nationale ; il agit dans le cadre de la politique du Gouvernement.

Le Gouvernement

Le Gouvernement définit et conduit la politique de la France, qu’il présente au Parlement et soumet au roi. Le nombre de ministères est réduit au strict nécessaire.

La représentation parlementaire

Les députés sont élus dans chaque département par les « corps sociaux » constitutifs de la nation ; les sénateurs, élus au suffrage universel proportionnel, représentent quant à eux les grands courants d’opinion.

Les collectivités territoriales

Les conseils départementaux sont supprimés, les départements demeurant l’échelon préfectoral principal ; les conseils régionaux deviennent des assemblées régionales.

Les franchises communales

Les communes reçoivent du roi une franchise communale qui garantit leur autonomie politique ; les conseils de quartier sont institués avec un rôle syndical : ils constituent les conseils municipaux.

La continuité de la représentation

Les députés siègent à la fois aux assemblées régionales et à l’Assemblée nationale : ils représentent personnellement les Français « à tous les étages politiques »

La démocratie directe

La démocratie directe, à partir de référendums d’initiative populaire, est une procédure d’exception qui permet de faire adopter ou rejeter une loi, sans que ni l’appareil politique ni les partis, ne puissent s’y opposer.

Les grandes réformes de société

La famille

La famille, fondée sur le mariage, est politiquement représentée et juridiquement renforcée ; le statut des mères de famille est institué ; l’accueil des enfants non désirés ou handicapés est facilité.

L’école

Le monopole éducatif de l’État est abrogé : les établissements sont responsabilisés, le libre choix scolaire est institué, et l’enseignement professionnel est revalorisé.

La solidarité sociale

Le système social est inversé : l’État garantit à chacun une couverture minimale en complément des régimes privés et des prestations sociales de proximité.

La nationalité française

La citoyenneté française est réaffirmée. La naturalisation selon le « droit du sol » s’obtient par « adoption » des résidents étrangers. La carte de séjour est strictement temporaire.

La fonction publique

Le statut de fonctionnaire est ramené aux fonctions spécifiques de l’État : les privilèges octroyés sont une contrepartie des astreintes liées à leur fonction.

L’armée de volontaires

L’armée de volontaires est instituée. Expression de la nation en armes, elle n’est engagée que par le roi. Elle retrouve son rôle social et permet de mieux faire face à l’évolution des menaces.

La France dans le monde

La souveraineté des États

La France n’est soumise à aucune contrainte qu’elle n’ait librement consentie. C’est le principe de sa souveraineté. Enjeux de souveraineté, la diplomatie, la défense, la monnaie et l’accès aux ressources sont inaliénables.

Les espaces de coopération

L’Union européenne, qui préfigure un État, est rejetée. L’Europe et la francophonie constituent les principaux espaces de coopération de notre pays. L’héritage chrétien de l’Europe est réaffirmé.

Conclusion : trois thèmes clés

La fin du régime des partis

Mettre un terme à l’hégémonie du régime des partis sur la vie publique et rendre aux Français leurs libertés politiques.

La mutation économique et sociale

Permettre aux Français d’assumer leurs responsabilités économiques et sociales et redonner à l’État sa juste place.

La confiance en l’avenir

La France réconciliée, unie et souveraine, ancrée dans son histoire et tournée vers l’avenir, rassemblée autour de son roi.

Pour en savoir plus :

Pour en savoir plus, les propositions détaillées figurent dans le document pdf ci-dessous :

Vous pouvez vous procurer à la boutique de l’Alliance Royale le texte intégral commenté, avec les explications détaillées de nos propositions (au prix de 15€, et 9€ pour les adhérents).

 http://boutique.allianceroyale.fr/

couverture livre bleu 2

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !