Page Précédente

Editorial du 15/4/2020

A l’heure où les modalités du déconfinement annoncé semblent encore floues, l’on nous parle du monde d’après. La formule semble médiatique et déjà à la mode. Après le « # Restez chez vous », viendra le « # monde d’après ». Or comment construire un « monde d’après » avec les mêmes idéologies et les mêmes dirigeants, ceux-là qui nous ont conduit où nous en sommes aujourd’hui ?

C’était pourtant la « mondialisation heureuse », la fin des frontières, la libre circulation. Des affaires à Wuhan, des vacances à Phuket. Un virus a tout remis en question et nous a fait prendre brutalement conscience de notre fragilité et de notre dépendance. Les tee-shirts fabriqués en Asie, passe encore, mais les composants électroniques, les médicaments… Nous sommes vulnérables et mal préparés. A qui la faute ?

Avec l’épidémie de Covid-19, l’homme découvre qu’il est mortel. Alors qu’il ne vivait que pour consommer toujours plus, pour fêter la victoire de l’équipe de France de football ou pour partager sa non-vie sur les réseaux sociaux, voici qu’il se rend compte qu’il doit survivre. Ah ! S’il avait eu un peu de mémoire et s’était souvenu des épidémies…

Entre 1720 et 1722, la peste à Marseille (40.000 morts) puis en Provence (100.000 morts).

832-1833 : épidémie de choléra, 160 000 morts.

Entre 1918 et 1920 : la fameuse grippe espagnole, 40 millions de morts au moins dans le monde mais sûrement plus.

En 1956, la grippe asiatique fait 4 millions de victimes dans le monde.

1968-70 : la grippe de Hong-Kong tue entre 1 et 2 millions de personnes.

Rien n’est jamais acquis, rien n’est jamais fini. Le monde d’après que l’on nous annonce ne doit pas être celui de la fin des libertés, de la perte des acquis sociaux, de la rigueur économique permanente et de la pauvreté. S’il doit y avoir un monde d’après, il ne se construira qu’avec un paradigme nouveau et des hommes neufs. Pour cela, le pays a besoin à sa tête d’un chef soucieux de son peuple : le roi, c’est plus que jamais une évidence.

Régis Arnaud

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !