Page Précédente

belle fleur de lysEmblème royal par excellence, la fleur de lys a une très ancienne origine.
Sans doute fleur d’iris sous Clovis (fleur que l’on retrouve, par ailleurs, dans les armes de Florence), elle devient rapidement le symbole de la monarchie française de par son rapport avec la Vierge Marie, en référence à la pureté, à l’innocence et à la virginité, la Vierge étant la Sainte protectrice des Rois, et médiatrice entre Dieu et les hommes; mais également comme figure d’abandon à la volonté de Dieu, c’est-à-dire à la providence, qui pourvoit aux besoins de ses élus. Ce symbole indique donc la soumission du Souverain à une autorité divine qui lui permettra d’exercer son règne sans qu’il oublie de qui il tient son pouvoir.
Le blason de la couronne de France représente trois fleurs de lys, évoquant ainsi la Sainte Trinité mais également les vertus théologales. Enfin, la fleur de lys marquait les pouvoirs guérisseurs que l’on attribuait au Roi, en référence aux écrouelles guéries par simple attouchement.Fleur de gloire, elle est également assimilée aux rayons du soleil, source de fécondité; sa forme a parfois été reprise sur certaines hallebardes.
La structure de cette figure héraldique peut offrir différents degrés de lecture.
Ainsi, les six pointes de la fleur (trois en haut et trois en bas) présente une analogie avec le sceau de Salomon, composé de deux triangles inversés; on pourra donc y voir le passage de l’Ancien au Nouveau testament, l’axe vertical de la fleur et la barrette horizontale faisant référence à la croix du Christ (une autre interprétation voit d’ailleurs cette croix dans les trois pétales supérieurs).
Sur le schéma ci-joint, la fleur est séparée en deux par l’axe horizontal (la barrette), scindant le ciel et la terre. Les trois pétales du haut appartiennent au monde céleste en un delta représentant Dieu; cette figure se reflète sur le monde terrestre par un effet miroir. Les 3 pétales du haut (T-A-S, thèse,antithèse, synthèse) affirmant l’unité divine, trouve son corollaire dans celles du bas, plus petites, et confirme bien la figure royale en tant que conciliatrice des contraires. C’est donc un élément rassembleur autour de la personne du Roi; on peut également y lire l’allégeance au Souverain, les deux pétales latéraux se ployant devant l’axe central, droit et dirigé vers le ciel.

La fleur de lys est et demeure l’une des figures les plus parlantes du royaume de France. Il paraît donc fondamental de la restituer dans toute la force de ses propositions, en tant que symbole d’unité et de réconciliation du peuple français.
Dominique LELYS

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !