Page Précédente

Editorial du 22/1/2021

Au moment où nous rédigeons cet article, la campagne vaccinale a commencé partout en France avec l’objectif d’un million de doses administrées fin janvier. Le président Macron l’a pourtant dit : le vaccin ne sera pas obligatoire.
Pourtant, l’idée d’un passeport vaccinal fait son chemin et pourrait bien, lui, être obligatoire. On ne sait pas encore pour quoi faire, pour aller où, mais ce sésame fera bientôt partie de notre quotidien… Selon un sondage Ifop pour le Parisien dimanche du 16 janvier 2021, 62 % des Français sont favorables au vaccin obligatoire pour prendre l’avion. Pour le professeur Gilles Pialoux (www.francetvinfo.fr), le passeport vaccinal « est une possibilité de retour à la vie d’avant ». On en conclut que le virus semble devoir circuler indéfiniment.
Un retour à la vie d’avant sera sous condition d’être tous vaccinés. Que feront ceux qui ne voudront pas ou qui ne pourront pas être vaccinés? Seront-ils confinés à vie, privés de tout lien social, de travail ? Des sous-citoyens en somme. Le professeur Pialoux précise que le passeport vaccinal « permettra aux personnes vaccinées d’accéder à certains lieux, à certaines activités ». Lesquels ? Et les non-vaccinés, y pense-t-il ? Voilà qui est bien flou, peu scientifique et particulièrement inquiétant. Le professeur compare ce passeport aux certificats médicaux exigés dans certains pays. Il cite la fièvre jaune. Certes, cela existe mais il s’agit de maladies bien spécifiques à certaines zones du monde. La comparaison n’est donc pas vraiment fondée. Là, on parle d’un passeport pour circuler dans son propre pays, aller au restaurant, au cinéma…

Le professeur a pensé à tout, même aux contrôles nécessaires pour ce futur passeport. Il dit qu’il « ne faut pas un fichier central mais un QR code ou quelque chose qui ne soit pas falsifiable ». Cela fait frémir. A quand le tatouage et l’implant d’une puce électronique garantissant que nous sommes sains, vaccinés, à jour. Qui va contrôler ces données numériques ? Microsoft ? On est loin du carnet tamponné par le médecin de famille…
Le monde d’après serait-il celui du « tous fichés », celui où ceux qui ne voudraient pas rentrer dans une nouvelle norme seraient privés de toute liberté de se déplacer, de voir leur famille ou leurs parents ? On évoque en effet le passeport vaccinal pour accéder aux hôpitaux ou aux EHPAD. Le projet de loi du 21 décembre 2020 (très vite retiré, pour le moment…) prévoyait qu’en cas d’épidémie, le premier ministre pouvait restreindre les libertés de ceux qui ne seraient pas vaccinés ou soignés par un traitement défini. Jusqu’où va-t-on aller ?
Il ne s’agit pas d’être pro ou anti-vaccin mais quand les médecins font de la politique et que les politiques font de la médecine et déterminent ce qui est bon ou pas pour nous, il y a de quoi s’inquiéter. Les peuples oscillant entre la peur et le désir de retrouver quelques dixièmes de la vie d’avant sont prêts à se soumettre et à accepter l’inacceptable…

Régis Arnaud

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !